lundi 21 février 2011

CHAUVINISME LOCAL


Au sortir du gymnase chauffé de Magescq, un double sentiment m'anime. Avoir vu le bon et le pire du mundillo. Le bon, ce fut l'envie, l'entrega, la qualité technique de quelques jeunes pousses en devenir. Ce fut également le comportement globalement intéressant du bétail d'El Freixo (de la noblesse pour tous, faibles 1 et 4, bronco le 3, encastés 2 et 5).
Le pire, le chauvinisme aveugle et malhonnête d'un public partisan et de décisionnaires (présidence, organisateur) complices à l'instant de récompenser le torero de la tierra.
Si je défends régulièrement les "produits" taurins locaux (estampillés sud-ouest ou tricolore), qu'ils soient à deux ou quatre pattes, il m'est toujours insupportable de voir l'attribution de récompenses imméritées.
Des quatre novilleros présents dans le ruedo rectangulaire, le Linxois Cédric Fructueux "Kike" était assurément le plus "vert" et en-dessous de ses compagnons de terna. Coupant une oreille après une faena manquant de profondeur, de personnalité et s'inspirant fortement des gestes et attitudes d'Enrique Ponce (cartucho de pescado, poncina), il se vit offrir le cinquième novillo (le meilleur du lot, primé d'une vuelta) auquel il coupa un nouvel appendice sans guère convaincre l'assistance, hormis les membres de sa pena-supportrice.
Mario Palacios, membre de l'école d'Arganda del Rey, délivra une faena en pointillés, faîte de séries droitières templées et de difficultés à trouver, sur la gauche, le sitio permettant un toreo de qualité. Il coupa une oreille après une entière placée et efficace.
Le mexicain, Antonio Lomelin, élève de la même école, fut très brillant à droite dans un toreo lié et templé, mais trop profilé sur sa gauche pour que ses muletazos, délivrés avec ligazon, soient appréciés avec valeur. Deux pinchazos, une entière placée et une vuelta.
Le lutin Fernando Rey, de la fondation Joselito de Guadalajara, a fait étalage de sa maturité technique, de la sincérité de son toreo et de sa planta torera dans une faena parfois hachée par quelques bousculades et rematée d'une épée pasada et verticale d'effet rapide. Récompensé d'une oreille, il semblait être le favori pour estoquer le cinquième animal. Malgré la désapprobation de la partie neutre du public, il en fut différemment.
En certains instants, ne conviendrait-il pas de se rappeler que bien mal à Kike ...... ? Vous connaissez la suite !!!

Miguel de Burdeos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire