lundi 8 mars 2010

L'ELEVE ET LES TOROS DU MAITRE

La salle des sports de Magescq (Landes) transformée, pour l’occasion, en agréable placita couverte et chauffée accueillait la première novillada non piquée de la temporada française.

Le bétail de la ganadéria « El Freixo » (origine JPD et Las Ramblas) a montré caste et noblesse. La mobilité et la qualité d’embestida de ce lot homogène sanctionnèrent toute erreur de placement des apprentis matadors. Deuxième et quatrième seront applaudis à l’arrastre ; le cinquième, imposant de trapio, sera primé d’une vuelta posthume.

Javier Jimenez (Ecole taurine d’Espartinas) a délivré quelques derechazos templés en insistant sur la corne droite qui recherchait l’homme en sortie du troisième muletazo. Quatre pinchazos, une entière efficace. Vuelta (excessive).

Roman (Ecole taurine de Valence) s’est arrimé face à l’adversaire le plus « piquant » de la tarde, pour proposer, con ganas, une faena construite sur les deux bords à base de muletazos sincères et inspirés. Deux pinchazos, une entière pasada, trois descabellos et… une épée brisée (au premier pinchazo). Vuelta.

Juan Leal (arlésien de l’école taurine d’Arganda del Rey) est passé à côté de son novillo (le 4ème) dont la charge suave permettait beaucoup. Otra vez sera. Un pinchazo, un mete y saca, une entière atravesada. Vuelta (excessive).

Fernando Adrian Hernandez (Ecole taurine d’Arganda del Rey) a tiré du troisième novillo de belles séries liées avec temple. Toutefois, certains muletazos accrochés (surtout à gauche) nuirent quelque peu à l’homogénéité de l’œuvre. Une épée entière, placée avec engagement et d’effet rapide fera tomber deux oreilles (la seconde généreuse).

Désigné vainqueur, il lui sera offert le cinquième eral. Une très inspirée première partie de faena faîte de derechazos profonds délivrés avec poder et temple sera suivie par des séries plus accrochées laissant une impression mitigée . Une entière en place et deux oreilles.

Saluons la competencia qui anima les quatre élèves et permis à l’assistance d’apprécier de diverses et variées suertes de capote.

Créateur de l’école taurine d’Arganda del Rey et ganadero d’El Freixo, Julian Lopez Lopez peut être fier de son élève et de ses novillos. Il est plus connu sous le nom d’ El Juli …


Miguel de Burdeos


Aucun commentaire:

Publier un commentaire