lundi 25 juillet 2011

LA TETE SANS LES JAMBES

Ce n'eut été le gave de Pau, voisin des arènes orthéziennes du Pesqué, on se serait imaginé à St Sever, un jour de 11 novembre. Un crachin béarno-breton arrosait une aficion venue rechercher les émotions vécues l'an passé, en ces mêmes lieux, et dégradait de plus en plus le rond de sable.

Passons rapidement sur la novillada matinale, au moins aussi soporifique qu'un discours de François Fillon sur la mondialisation et ses conséquences sur l'économie nationale !! En plus clair, on s'est emmerdé !! La grande faute au bétail d'Aurélio Hernando, de présentation correcte mais de comportement peu expansif ; s'employant peu ou pas du tout au premier tiers, court de charge et dénué de transmission. Légèrement plus présent, le dernier du lot (3 départs vers le cheval-pour des piques allégées et sans poussée- et une corne droite exploitable). A noter le beau burraco, sorti en 3, qui finit ses jours en rematant fortement, dès son entrée en piste, le burladero placé face au toril. Un novillo suicidaire. Peut être avait-il écouté le discours du Premier Sinistre ?...

Carlos Escolar "Frascuelo" (silence-sifflets) n'a plus les jambes de ses vingt ans, ni de ses actuelles intentions. A bientôt 63 ans (le 21 septembre), les réflexes s'estompent et certaines de ses attitudes en piste ne sont pas sans rappeler son illustre parrain d'alternative .... Curro Romero. Ainsi, difficile d'apprécier réellement la valeur des toros 1 et 4, faute d'avoir été toréés. Leurs premiers tiers laissaient deviner les qualités typiques de la maison Dolores Aguirre, mansedumbre y (mas o menos) casta.

Raul Velasco (silence avec 1 avis-vuelta avec 1 avis) torée peu. Il mériterait plus d'opportunités. Le toro sorti en 2, plus violent que brave, un peu faible et dépourvu de caste lui offrit peu d'options. En revanche, le 5, violent à l'impact contre le cheval mais sans s'employer outre mesure, lui permit de lier, sur les deux bords, des séries de qualité.

Alberto Lamelas (silence-silence) est passé à côté d'un bon toro. Le sobrero sorti en 3, peu présent au premier tiers, bien que renversant la cavalerie à la première rencontre, fut de cette noblesse encastée et allègre qui permet les triomphes. Excepté sur une bonne série droitière, Lamelas eut des difficultés à prendre le dessus sur son adversaire et à trouver le sitio adéquat. Le manque d'officio se fit sentir. Devant son second, toro genuido con sentido et adepte des sorties en solitaire après avoir goûté le fer, il fut volontaire mais sans ce coté "guerrier" qu'on lui avait connu, il y a quelques temporadas, à Parentis ou à Vic. Et face à un toro sur la défensive mais qui voulait se battre, il fallait avoir l'envie de guerroyer pour vaincre.

Un lot de Dolores Aguirre qui offrit des possibilités à qui voulait (ou qui pouvait !!) s'arrimer. Supérieur le 3, intéressants les 5 et 6, pas vus les 1 et 4.
Trop de cornes astillées. Conséquences de multiples embarquement-débarquement ?
Après Vic et Orthez, rendez-vous à Dax, le 14 août, pour le troisième épisode de la série "Dolores dans le sud-ouest".

Miguel de Burdeos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire