lundi 4 juillet 2011

LE SOIR DES SARDINES

Au sortir de la désormais traditionnelle novillada sans picador-concours de Castelnau Rivière-Basse, il reste un goût d'amertume. Un peu comme quand on quitte un stade en ayant vu la meilleure équipe être défaite injustement.
A CRB, il y eu d'un côté trois erales du sud-ouest, forts, puissants, bien faits, aux gabarits de novillos et de l'autre, trois sardines Méditerranéennes, légères, sveltes, commodes.
Et au final, qu'advint-il ?

Le novillo de Jean-Louis Darré (fer de l'Astarac) fut de cette noblesse encastée qui permet de belles faenas mais demande aussi les papiers d'identité du bipède qui lui fait face. Idem pour les représentants de la famille Bonnet (fer du Lartet) et des frères Bats (fer d'Alma Serena) qui, en plus des qualités précédemment évoquées, étaient de belle présentation, de magnifique trapio et surtout, demandaient à être toréés avec le poder que n'eurent jamais leurs opposants.

Les représentants du sud-est : les frères Gallon et Patrick Laugier (avec ses deux fers de Piedras Rojas et Dos Hermanas) avaient envoyé du bétail quelconque quant à la présentation et dont la seule qualité fut de suivre niaisement l'étoffe rouge qu'on leur présentait. La tonteria des sardines !!
Le vainqueur, désigné par un jury de "spécialistes" (?), fut le Dos Hermanas. Quelques légères protestations légitimes émergèrent du public. Le Darré ou le Bonnet méritaient meilleur sort; l'Alma Serena n'a pu exprimer ses réelles qualités, faute d'avoir été toréé.
Un mauvais coup pour des éleveurs qui ont joué le jeu du concours en envoyant parmi leurs plus beaux produits quand certains de leurs collègues firent lidier du deuxième choix.

La terna du jour se révéla en difficulté face à la caste et s'accorda plus ou moins bien avec la tonteria !!
Dorian Dejean : Applaudissements - Salut. Fait des passes. Rarement exposé. Souvent engaché.
Alvaro Sanlucar : Salut avec 2 avis - Silence avec 2 avis. Vert pour du bétail encasté. En difficulté aux aciers : un total de 8 pinchazos, 16 descabellos, 1 entière, 1 media.
Brandon Campos : 1 oreille - 2 oreilles. Débordé par le Lartet encasté. A l'aise face au Dos Hermanas collaborateur. Sincère et efficace à l'estocade.

Miguel de Burdeos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire