lundi 17 octobre 2011

SOL DEL PILAR


Le soleil se lève sur le campo d'Aragon. Mercredi 12 octobre, dia del Pilar, jour des offrandes. La Virgen del Pilar attend son floral manteau. Six millions de fleurs, 400 000 personnes dans les rues de Saragosse. Des Aragonais(es) en costume traditionnel, des touristes en pèlerinage, des aficionados égarés. Belle journée pour entretenir mon agoraphobie !!

Trois quart d'arène pour El Cid, M.A. Perera, Daniel Luque et les toros (?) de Parlade. Dix cornus sont entrés en piste : sept Parlade (les six programmés, plus le 1 bis), un San Mateo (2 bis), un San Pelayo (2 ter), 1 Las Ramblas (5 bis). Dénominateur commun : faiblesse et decastamiento. Les Parlade avaient de la tête et .... c'est tout !! Laids et mal foutus qu'ils étaient. Le chroniqueur du Heraldo de Aragon écrira qu'ils avaient, je cite, :"des culs de poulets" !! Les deux "Saints" du Nino de la Capea, très anovillados, étaient des sobreros typés toros de Dax ou Mont de Marsan version 2011!! Daniel Luque obtiendra l'oreille de son second en s'arrimant, tel un novillero, pour arracher quelques muletazos, dans un toreo de qualité, au final encimista. Une épée placée et engagée conclura l'ouvrage de l'andalou.

Jeudi 13 octobre. Les Nunez d'Alcurrucen ont composé un lot de présentation homogène et correcte avec un fond initial de mansendumbre qui révèlera, sous le fer, pour les 2, 3 et 5, une bravoure génératrice de noblesse encastée.
Curro Diaz est passé par Saragosse !! Sans envie, sans éclat, tels ces pseudo-artistes pour qui s'arrimer face à du bétail difficile est banni du vocabulaire. Juan Bautista est resté très en dessous des 2 et 5. Leandro Marcos a montré quelques sincères dispositions face à ses deux opposants.

Vendredi 14 octobre. 12h00, apartado. Sont mis en chiquero, quatre jaboneros, deux negros et deux castanos marqués du fer de Prieto de la Cal. 16h30, le dépliant-sorteo du jour annonce cinq Prieto (dont deux jaboneros), un Alcurrucen (le 4) et deux sobreros de Lozano Hnos. Où sont passés les deux jaboneros du matin ? Cosas de toros !!
Des toros décastés, mansos, mal présentés (excepté le 6) et, pour certains (2 et 4), fort mal lidiés. Le toro du fer d'Alcurrucen, qui ira, en manso, à cinq reprises vers les chevaux et montrera, au troisième tiers, un fond de caste sera le seul intéressant de la tarde.
Fernando Robleno fera face avec honnêteté. Alberto Aguilar sera brouillon et en partie desconfiado. Carlos Gallego, aragonais qui toréait sa deuxième corrida de la temporada, sera volontaire et soutenu par son public.

Samedi 15 octobre. Après la bonne prestation de l'an passé, le lot de Cuadri était très attendu. Si la présentation fut de qualité, le comportement laisse un sentiment mitigé. Trois toros (2, 3 et 4) furent d'intérêt, avec mention au très brave 2 qui poussa franc et fort lors de ses deux rencontres avec le cheval et montra sa caste, sur sa corne gauche. Les 3 et 4 manquèrent de force pour être de vrais braves. Les trois piques (en fait des picotazos) que pris le 4 (bien lidié par J. Castano), après des départs à mi-distance et sans s'employer, ne font pas, selon moi, un toro complètement brave. La franchise de la charge était là, manquait l'énergie. Preuve en est, qu'il s'affaissa après le troisième contact et qu'il alla a menos tout au long de la faena. Les trois autres bichos alternèrent entre genio, soseria et decastamiento.
Javier Castano fut, comme de coutume, un bon lidiador. Pour l'aragonais Luis Antonio Gaspar "Paulita", c'était la première sortie en habit de lumière de l'année. Bien qu'il fût appliqué, le manque d'oficio se fit sentir. Ivan Garcia fut sérieux et sincère dans ses prestations. Pour les trois toreros, des difficultés avec les aciers.
Concluons avec ce qui restera le meilleur moment de la tarde, la grande paire posée par David Adalid (cuadrilla de J. Castano) face au 4. Un geste salué par la plaza entière qui se leva pour rendre hommage au banderillero.

Miguel de Burdeos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire