mardi 23 août 2011

LES BONS ECOLIERS


A moitié pleine ou à moitié vide, selon le degré d'optimisme de chacun, telle était la plaza d'Illumbe pour accueillir les toros cardenos d'Escolar Gil. Ça causait français autour de la soucoupe volante de Donostia. Mais pour combien de temps encore, irons-nous voir courir les toros à Saint Sebastien ? La nouvelle majorité municipale du parti Bildu, peu favorable aux corridas, détient la réponse. "Catalanisation" du Pays Basque ? A ver.

Excepté le 1, décasté et très vite à l'arrêt, les Albaseradas furent de qualité. Présentation sérieuse et homogène. Bravoure sous le fer, avec mention pour les 3 et 6. Tous, moins le 1, à la noblesse encastée, sans fadeur ni niaiserie. Le très bon 3 sera primé d'une vuelta posthume. Le 6 s'employa avec énergie lors d'une première pique, longue et fortement appuyée, où il laissa les forces qui lui firent quelque peu défaut, au troisième tiers. Des toros comme on aimerait en voir à toutes les tardes.

J.J. Padilla (silence-salut) est moins à son aise lorsqu'il s'agit de toréer et comme" l'aficion" aoûtienne dacquoise n'avait pas fait le déplacement sur les bords de la Concha ...
A sa décharge un premier toro arrêté, à son "actif" des banderilles passées et autres approximations.

Luis Bolivar (vuelta avec pétition minoritaire-silence) développa son sempiternel et ennuyeux toreo, rematé par deux épées basses d'effet rapide. A son crédit, une série de derechazos al natural lors de sa première faena.

David Mora (vuelta- 1 oreille) réalisa une première faena brillante, toute en ligazon et temple, conclue d'une media pasada et de trois descabellos qui firent s'envoler les trophées.
Plus accroché fut le second ouvrage, avec des séries sincères et parfois templées. Le toro tomba après une entière caïda. Une oreille pour le Madrilène, en récompense d'une double prestation remarquée et appréciée.

Miguel de Burdeos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire